Publié le 8 Juin 2021

S'asseoir en méditation [1]

 

         

         Trouver la posture idéale afin de pouvoir s’asseoir quelques instants pour méditer ou pour se livrer à des automassages, n’est pourtant une mince affaire. Beaucoup de personnes ont perdu l’habitude de s’asseoir comme ils le faisaient dans leur petite enfance, ainsi simplement s’asseoir au sol est devenu un problème au fil du temps. Afin de remédier à ces contraintes, il est possible d’aménager les postures, c’est ce que nous allons vous proposer dans ces lignes.

 

          Tout d’abord, en introduction sur ce sujet, écoutons les conseils des sages chinois issus du Yi Jing[2]. Cet ouvrage utilisé à des fins de divination, dépasse cette simple utilité, dans les parties du texte consacrées aux hexagrammes[3], nous trouvons des commentaires dont le sens n’est pas à démontrer.

         Voici un exemple tiré de l’hexagramme 52 « l’immobilisation »

« La paix doit naître et s’étendre d’un façon toute naturelle à partir d’un état de recueillement intérieur. Si l’on veut réaliser de force la paix au moyen d’un raidissement artificiel, la méditation entraînera des effets fâcheux et graves »

          Ceci doit nous alerter sur l’importance du lâcher-prise, il ne suffit pas d’adopter une posture (même parfaite !!!), la disposition de l’esprit prime.

 

LA POSTURE DE L’EMPEREUR (posture sur une chaise)

 

 

 

 

 

Certainement la posture la plus aisée à maintenir, pourtant elle nécessite de s’y arrêter un instant.

 





yesSe tenir au bord de la chaise, le poids du corps venant sur l’avant
des ischions [4] (vers le pubis)
yesPlacer un coussin entre les ischions et la chaise afin de ne pas blesser.
yesDans cette position, conserver la courbe naturelle de votre colonne lombaire. 
yesPlacer les mains à votre convenance. Cette position peut servir de posture de méditation
 mais aussi de position de travail si vous êtes un travailleur assis.


Voici quelques réglages


Equilibrer le corps entre la gauche et la droite 

 

yesPorter le poids du corps sur un côté, l’ischion du côté opposé se soulève, 
yesEffectuer des balancements d’un côté vers l’autre 
yesEt ensuite équilibrer l’appui de votre bassin entre la gauche et la droite. 

 

Equilibrer le corps entre l’avant et l’arrière

 

yesPetits balancements d’avant en arrière à partir des articulations des hanches.

yesPar ces petits balancements, chercher à placer le corps en équilibre, afin de limiter au maximum les contractions musculaires des muscles de la face avant et arrière du corps.

  
Alignements des jambes
 
yesPlacer les deux pieds parallèles et écartés de la largeur du bassin, 
ceci permet d’aligner articulations des hanches, des genoux et des chevilles. 
yesToute la surface des pieds pose au sol. 
yesRégler le siège afin que les genoux soient placés un plus bas que les hanches, 
yesFémurs (les cuisses) horizontaux
yesTibias verticaux. 
yesSi le siège ne se règle pas en hauteur, placer un coussin afin de rehausser le bassin
 afin que les hanches soient un peu plus hautes que les genoux.
yesSi le siège est trop haut et que les pieds ne touchent pas le sol, 
placer un petit tabouret afin de pouvoir poser les pieds. 

 

 

 

 

POSTURE DU TAILLEUR (Sukhasana posture du bonheur inde)

 

          C’est certainement la position assise au sol la plus usitée parce que la plus facilement réalisable par le plus grand nombre, pourtant des précautions sont à prendre vis-à-vis de l’intégrité corporelle. Nous ne reviendrons pas sur l’importance d’équilibrer la répartition du poids du corps entre avant/arrière et gauche/droite. S’asseoir sur l’avant des ischions, conserver les courbures naturelles de la colonne, trouver un coussin adapté à votre morphologie afin de rehausser le bassin permettant aux articulations des hanches de se trouver un peu plus hautes que les genoux, n’hésitez pas à utiliser un 2ème coussin si besoin

 

         Il est de plus possible de soulager les genoux et les chevilles en plaçant un coussin sur chacun des côtés afin de supporter le poids des jambes ainsi la position devient moins contraignante pour les articulations, il devient ainsi plus aisé de procéder ensuite aux exercices souhaités.

 

Voici comment placer les jambes en position de tailleur 

 

yesPour les femmes : jambe droite à l’intérieur, jambe gauche à l’extérieur

yesPour les hommes : jambe gauche à l’intérieur, jambe droite à l’extérieur

 

 

 

POSTURE A GENOUX (seiza Japon, Vajrasana posture du diamant Inde)

 

yesPosition de méditation, position de travail

yesS’asseoir entre ses talons

yesEquilibrer la posture entre la gauche et la droite et entre l’avant et l’arrière

yesConserver les courbures naturelles de la colonne

 

 

Cette position ne peut être tenue par certaines personnes qu’avec beaucoup de difficultés du fait de l’hyper flexion des genoux et de l’extension des chevilles. Des aménagements sont possibles pour pallier à ces contraintes :

 

yesPlacer un coussin entre les cuisses et les jambes ou poser le bassin sur un coussin afin de limiter la flexion des genoux, ou aussi un petit siège

yesAdopter la posture hantachi où les orteils sont en flexion plantaire[5]

 

La posture seiza permet une position antéversée et aussi rétroversée du bassin. Si nous poussons à l’extrême l’antéversion, le poids du corps vient vers l’avant, vers les genoux. C’est ce que nous faisons si nous voulons nous lever à partir de cette posture. Si nous poussons à l’extrême la rétroversion, le poids se répartit plutôt vers l’arrière au niveau des chevilles ou des coups de pied. Mais cette position rétroversée comprime l’abdomen, donc les organes internes, elle n’est donc pas conseillée, un juste milieu entre ces deux positions serait plus indiqué.

Seiza n’est pas une posture de repos, elle est utilisée dans de nombreux domaines ; artistique, martial, ou plus simplement dans la vie de tous les jours. Voici la manière traditionnelle de s’asseoir en seiza ;

« …à partir de Shizenta,[6] on recule le pied gauche, les orteils fléchis glissant sur le plancher, le genou gauche vient se poser à la place où se trouvait le pied gauche. Procéder de façon identique pour le pied droit et le genou droit. A partir de la position agenouillée droite ainsi obtenue, on pose les fessiers sur les talons en allongeant les orteils… »[7]

[1] Selon de Sambucy les hindous ainsi que les psychotechniciens modernes pensent que les jambes sont associées aux mouvements des idées, la situation assise serait donc propice aux instables

[2] P 240 Yi King le livre des transformations R.Wilhem E.Perrot Librairie de Médicis

[3] Ensemble de six traits continus ou discontinus, résultat du tirage du Yi Jing, illustrant une situation sensée apporter une réponse à la question du consultant

[4] Partie la plus basse du bassin, celle sur laquelle vous reposez en étant assis

[5] Elle peut servir de posture de remplacement à seiza surtout si cette dernière provoque des crampes, hantachi permet d’ailleurs de les éliminer en plaçant les orteils en flexion plantaire.

[6] Position debout

[7] Encyclopédie des arts martiaux de l’Extrême-Orient G et R Habersetzer p 617

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Postures

Repost0

Publié le 31 Mai 2021

D'autres infos sont disponibles sur notre page Facebook

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Nouvelles du blog

Repost0

Publié le 21 Mai 2021

"ARTE Regards" se penche sur la redécouverte de savoirs traditionnels et sur de nouveaux traitements inspirés de méthodes thérapeutiques ancestrales. Jusqu'au 18/08/21

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Découvertes

Repost0

Publié le 20 Mai 2021

Cet article est reposté depuis Le singe pelerin.

Voir les commentaires

Rédigé par Richard Goldfarb

Repost1

Publié le 15 Mai 2021

L’ETE

XIA 

"Un homme qui se promène les mains pendantes. C’est-ce que les agriculteurs font en été, une fois que, les travaux étant terminés, les céréales poussent d’elle-même" (Xia ; l'été Wieger 160D)

 

 

LES SAISONS CHINOISES

          En occident,  le début des saisons correspondent aux solstices et aux équinoxes, pour les chinois ces périodes coïncident aux pics des saisons. Les saisons chinoises commencent donc à peu près 45 jours plus tôt que les solstices et équinoxes Une autre particularité est la 5ème saison ou intersaison qui couvrent les 9 derniers jours de la saison en cours et les 9 premiers jours de la saison à venir.

 

QU’EST-CE QUE LE YANG SHENG ?

 

          Yang sheng que l’on peut traduire par “nourrir la vie” est la faculté de vivre en harmonie avec l’univers, vivre en harmonie avec l’univers c’est s’accorder avec les principes de l’énergie, principes exposés dans le nei jing su wen.  L’été est la saison la plus yang, la maximum du yang correspond au solstice d’été (21 juin) à partir de cette date l’énergie va petit à petit décliner. On peut donc y développer une grande activité et profiter au maximum du jour et du grand air à condition de se méfier du soleil brulant afin de ne pas être blessé par la chaleur. La pratique (qi gong/taiji quan…) peut ainsi s’effectuer de façon plus rapide afin de favoriser la circulation du sang et de l’énergie

LE CŒUR ORGANE DE L’ETE SELON LE NEI JING

 

Le quadrant méridional engendre le chaud

Le chaud engendre le feu

Le feu engendre l’amer

L’amer engendre le cœur

Le cœur engendre le sang

Le sang engendre la rate

Le cœur a maitrise sur la langue

Dans le ciel c’est le chaud

Sur terre c’est le feu

Dans les structures corporelles ce sont les mai (vaisseaux, méridiens, nerfs)

Dans les zang (organe) c’est le cœur

Dans les aspects colorés c’est le rouge

Dans les notes de musique c’est la note zhi

Dans les sons c’est le rire

Dans les mouvements réactionnels, il y altération, c’est l’accablement

Dans les orifices c’est la langue

Dans les saveurs c’est l’amer

Dans les vouloirs c’est l’allégresse

Dans les esprits c’est shen

L’allégresse porte atteinte au cœur

La peur l’emporte sur l’allégresse

Le chaud porte atteinte aux souffles

Le froid  l’emporte sur le chaud

L’amer porteatteinte aux souffles

Le salé l’emporte sur l’amer (Chapitre 5 Su Wen)

LA SAISON D’ETE SELON LE NEI JING[1]

 

Les trois mois de l’été sont appelés : prospérer et développer la fleur.

Les souffles du Ciel et de la terre s’entrecroisent,

Les Dix Mille êtres fleurissent et fructifient.

A la nuit on se couche, à l’aube on se lève.

On ne reste pas au soleil, exerçant le vouloir (vivre) mais sans violence.

Secondant en soi l’éclat de la beauté et de la force, qui accomplissent alors leurs promesses.

Il faut seconder (réguler) l’écoulement des souffles dont il apparaît qu’ils aiment se trouver à l’extérieur.

Ceci est la voie propre aux souffles de l’été, qui répondent ainsi à l’entretien de la croissance de la vie.

Aller à contre-courant porterait atteinte au cœur. Causant à l’automne les fièvres intermittentes,

Par insuffisance de l’apport à la récolte. L’hiver venu,  la maladie s’aggraverait (Chapitre  2 Su Wen)  

L’ALIMENTATION DE L‘ETE/CONSEILS DIETETIQUES EN ACCORD AVEC LE MOUVEMENT ENERGETIQUE DE LA SAISON[2]

 

Les saveurs

  Favoriser le doux

  augmenter le piquant

  diminuer l’amer (desséchant)  comme certaines salades, artichaut, asperge, céleri, pamplemousse, papaye, bière, verveine, thé fort, café,

  diminuer l’acide jusqu’au solstice, peut être réintroduit progressivement en fin d’été.

 

 

Généralités

 

  Diminuer la quantité de la nourriture, aliments légers (l’énergie est à l’extérieur, moins d’énergie pour digérer), éviter aliments gras (fritures, gâteaux) Attention aux aliments froids (diarrhées),  ne pas manger glacé même par temps de canicule (le glacé entraine une perte d’énergie afin de le réchauffer)

  Consommer davantage de fruits et légumes (abondant à cette saison) amenant de l’eau à l’organisme pour compenser la perte hydrique due à la chaleur et à l’extériorisation

  Supprimer les légumineuses, diminuer les céréales sauf couscous, boulgour, orge, maïs

  Poisson préféré à la volaille, peu de viande rouge

  Privilégier les épices (poivre, piment, gingembre, cannelle, cumin, clou de girofle, aneth, basilic, ciboulette, coriandre, marjolaine, romarin, thym) et ail, oignon, échalote, aubergines, chou chinois, épinard, navet, poivron, radis…

 

Modes de préparation

 

Temps de cuisson réduit

  sauté rapide

  grillade

  ébullition courte

 


[1] Canon de la médecine chinoise attribué à Huang Di (2697-2599) appelé aussi la « Bible des acupuncteurs »

[2] Sources : « La diététique chinoise » de Christophe Labigne, les cours de Christophe Huchet (Yangsheng tao)

 

 

ET LA PRATIQUE DANS TOUT CELA ?
 
 
L’été est la saison de la pleine expansion du yang, de l’élément feu, de la couleur rouge, du cœur, des vaisseaux et des nerfs. Le rythme de l’exécution des exercices des techniques internes (dao yin qi gong, taiji quan)  peut s’accélérer, les exercices se déroulent plutôt au grand air.   
      
Pratiques recommandées durant la saison d'été :
 
  •  La pratique dynamique des dao et duan à mains nues et avec arme
  • L'étude des Yong Fa (applications martiales) et utilisation des Fa Jing (poussées explosives)
 
  

En savoir un peu plus sur le Yang Sheng, suivez le lien ci-dessous !

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Yang Sheng

Repost0

Publié le 12 Mai 2021

Anjali mudra

(en chinois he zhang yin, he zhang signifiant joindre les paumes)

 

 

Mudra est un terme sanscrit (en japonais in-zo, en chinois yin signifiant sceau), la forme de la main symbolise des forces ou des manifestations divines afin de créer des forces ou d’appeler des divinités.

Cette mudra s’effectue mains jointes verticalement devant la poitrine dans une attitude de prière. Cette position est celle utilisée en Inde et dans le Sud-Est asiatique afin de saluer, si les paumes se placent à hauteur du visage elle exprime la vénération.

 

 

Utilisation du mudra anjali dans les formes de qi gong

 

 

Dans les formes de yi jin jing du yoga chinois, cette mudra inaugure la série des exercices.

 

 

 

1er exemple :

Dans l’école daoyin yangsheng gong du prof Zhang Guangde. La posture corporelle pieds joints constitue une variante de la posture de l’arbre du yoga (Vrikshasana), elle favorise la sérénité cardiaque, et entraine le calme de l’esprit et l’équilibre du corps.

Les paumes sont jointes, les extrémités des majeurs se placent à hauteur de la pointe du nez dans une forme de prière ou d’adoration. L’image mentale recherchée est de se trouver dans un temple.

Il est possible de choisir comme image mentale plus personnelle un lieu où règnent l’harmonie et la paix, une forêt, un bord de mer, une montagne…

 

 

 

 

 

 

 

2ème exemple :

Dans la forme de yi jin jing proposée par le « centre de gestion du qi gong pour la santé » chinois, dans la première posture de l’enchaînement «  Wei Tuo offre le pilon » le pratiquant place ces paumes jointes devant le point Dan Zhong 17 RM, la consigne est de se concentrer jusqu’à que le cœur ait la pureté de l’eau.

 

 

 

 

3ème exemple :

Détaillons la proposition de Christophe Labigne (enseignant de qi gong et acupuncteur) dans l'exercice "Wei Tuo présente le pilon céleste verticalement"

 

 

Les paumes se placent devant le plexus solaire.

Associer l’inspiration  au mouvement des pointes des doigts se dirigeant vers le centre de la poitrine (non illustré)

Associer l’expiration au retour des paumes à la position d’origine illustrée par la photo.

Conduire mentalement :

l'inspiration des extrémités des doigts jusqu’au dantian

l’expiration du dantian vers le thorax puis l’intérieur des bras (méridiens yin) jusqu’aux extrémités des doigts.

 

 

 

 

Ces trois exemples ne font que souligner la richesse contenue dans les formes de qi gong !

____________________________________________________________

Sources :

Les dieux du bouddhisme L.Frédéric

Les mudras l’art de bien méditer E.Gauthier

istockphoto.com

Qi gong la santé autonome II C.Labigne

Yi jin jing le qi gong pour la santé

Yi jin jing Prof Zhang Guangde IIDYYSG

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Yi jin jing

Repost0

Publié le 2 Mai 2021

L’INTERSAISON ; LA TERRE

 

 

 

 

LES SAISONS CHINOISES

          En occident,  le début des saisons correspondent aux solstices et aux équinoxes, pour les chinois ces périodes coïncident aux pics des saisons. Les saisons chinoises commencent donc à peu près 45 jours plus tôt que les solstices et équinoxes Une autre particularité est la 5ème saison ou intersaison qui couvrent les 9 derniers jours de la saison en cours et les 9 premiers jours de la saison à venir.

 

 

QU’EST-CE QUE LE YANG SHENG ?

          Yang sheng que l’on peut traduire par “nourrir la vie” est la faculté de vivre en harmonie avec l’univers, vivre en harmonie avec l’univers c’est s’accorder avec les principes de l’énergie, principes exposés dans le nei jing su wen. 

LE CENTRE SELON LE NEI JING 

 

Le centre a la couleur jaune

Qui irrigue P’i (Pi la rate)

Son symptôme spécifique est à la base de la langue

Sa saveur sucrée

Son symbole l’élément  terre

Son animal le bœuf

Sa graine le millet

Sa saison le milieu de l’année

Et sa planète Saturne

Ses maladies touchent le mésenchyme (1)

Son intervalle musical est l’unisson

Son nombre cinq

Et son odeur parfumée

 

(CHAPITRE 4 Su Wen)

 

____________________________

(1) Tissu de l'embryon à partir duquel se forment le tissu conjonctif, les vaisseaux, les muscles et le squelette Larousse

LA RATE ORGANE DE LA SAISON DU CENTRE

SELON LE NEI JING

 

Le centre engendre l’humidité

Qui engendre l’élément terre

qui engendre la saveur sucrée

Qui engendre P’i (Pi la rate)

Qui engendre le mésenchyme

Qui engendre Fei (le poumon)

P’i commande la bouche

Dans le ciel c’est l’humidité

Sur le sol c’est l’élément terre

Dans l’organisme c’est le mésenchyme

Représentation de la rate

Son Tsang (organe) est P’i

Sa couleur jaune

 son intervalle musicale l’unisson

son expression le chant

qui se transforme en éructations

son orifice est la bouche

sa saveur sucrée

son sentiment la sympathie

qui nuit à P’i

mais la colère domine la sympathie

l’humidité nuit au mésenchyme

mais le vent domine l’humidité

la saveur sucrée nuit au mésenchyme

mais l’acide domine le sucré

 

(Chapitre 5 Su Wen)

L’ALIMENTATION DE LA SAISON DU CENTRE/CONSEILS ENERGETIQUES ET  DIETETIQUES EN ACCORD AVEC LE MOUVEMENT ENERGETIQUE DE LA SAISON [1]

 

 

La rate et le système lymphatique font partie du système réticulo-endothélial (défense de l’organisme, globules blancs).  L’intersaison est une période de  vulnérabilité, de rechute, de déstabilisation, afin de permettre ce passage délicat, la rate défend l’organisme, en voici quelques exemples

 

  • Fin janvier = pathologie virale
  • Fin avril = allergies si foie déficient, peut-être psychologique
  • Fin juillet = coup de feu (cœur) une angine à cette période vient d’une déficience de l’eau (reins) l’eau éteint le feu
  • Fin octobre = époque déprime, ressasser le passé, chagrins (poumons)
  • Déprime bois = dépression par rapport à l’avenir

 

A l’intersaison il faut renforcer l’élément de la saison à venir, exemple ;

 

A la saison du  printemps (associations = foie, VB, muscles, tendons, veines), il faut renforcer l’élément bois par des tonifications musculaires, en évitant l’alcool, et en prenant des cholagogues. Exemple de pathologies bois = hémorroïdes, varices

 

 

Exemple de préparation pour la saison du printemps

 

  • Du 20 au 30 janvier

 

nettoyer au début du passage saisonnier afin de purger le foie, drainer le foie ; appel par le feu (amer, Plantes cholagogues, boldo, tilleul, pissenlit, radis noir)

 

nourrir l’élément bois (l’eau nourrit le bois) ; liquides, eaux, soupes

 

  • Du 1e au 10 février

 

prendre du vert

 


[1] Sources : « La diététique chinoise » de Christophe Labigne, cours de Claudy Jeanmougin, cours de Christophe Huchet (Yangsheng tao)

Ci-dessous un article pour en savoir un peu plus sur le yang sheng...

Voir les commentaires

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Yang Sheng

Repost0