Comment peindre un taiji

Publié le 21 Juillet 2017

Nous avons suivi les explications de J.M Eyssalet tirées de son livre consacré aux cinq éléments, [1] il y décrit la façon traditionnelle de peindre un yin yang.

1er phase : le peintre peint un cercle de couleur noire, celui-ci symbolise le yin

2ème phase : il pose la pointe de son pinceau
en bas à gauche du cercle,
 ce mouvement symbolise la naissance du yang

3ème phase : d’un mouvement de pinceau,
 il peint une espèce de têtard de couleur rouge,
 symbolisant la croissance du yang

4ème phase : Il ajoute un point rouge en bas
 dans la partie droite du cercle symbolisant la décroissance du yang

Cette représentation du yin yang diffère des représentations habituelles de ce diagramme ; elles sont le plus souvent composées d’éléments de couleur blanche et d’autres de couleur noire. Etudions la représentation proposée par Eyssalet qui nous semble posséder de réels attraits.

Le cercle noir de départ représente le yin, le yang naît du plus profond du yin, il se développe tout en couvrant la partie gauche.

Le yin est sous-jacent ; ceci est représenté par la circonférence du cercle
 qui est de couleur noire

Le point rouge du côté droit du cercle représente la décroissance du yang. Le yin ne croit ni ne décroît, il est caché ou bien apparent. Essaylet compare ceci aux phénomènes du jour et de la nuit. La lumière du soleil voile les étoiles alors qu’elles sont pourtant présentes, et lorsque le soleil disparaît, la nuit tombe et les étoiles apparaissent petit à petit ; Il s’agit pour le yin yang du même phénomène. Le yang se développe cachant le yin, le yang décroît le yin apparaît. Il y a bien une croissance du yang, par contre il n’y a pas de croissance du yin, il ne croit ni ne décroît étant donné qu’il est sous-jacent. Toujours pour Eyssalet, l’énergie n’est que yang, ce qui est habituellement appelée énergie yin n’est en fait que du yang qui décroît…

L’utilisation de la couleur rouge et de la couleur noire entre en résonance avec les couleurs associés aux animaux mythiques reliés aux quatre directions, dans ce système, le nord est associé à la couleur noire et à la tortue, le sud est associé à la couleur rouge et à l’oiseau flamboyant.

__________________________________

[1] Les cinq chemins du clair et de l’obscur Jean-Marc Eyssalet Guy Trédaniel éditeur p 33

_________________________________________________________________________

Rédigé par Thierry LAMBERT

Publié dans #Histoire et tradition

Repost 0
Commenter cet article