Conseils pour la saison d'hiver selon le nei jing su wen

Publié le 15 Novembre 2020

L’HIVER

DONG

Hiver, bout, fin, terme 
(Wieger 19 F)

 

LES SAISONS CHINOISES ?

         En occident,  le début des saisons correspondent aux solstices et aux équinoxes, pour les chinois ces périodes coïncident aux pics des saisons. Les saisons chinoises commencent donc à peu près 45 jours plus tôt que les solstices et équinoxes.

           Une autre particularité est la 5ème saison ou intersaison qui couvrent les 9 derniers jours de la saison en cours et les 9 premiers jours de la saison à venir.

 

 

QU’EST-CE QUE LE YANG SHENG ?

          Yang sheng que l’on traduit par “nourrir la vie” est la faculté de vivre en harmonie avec l’univers, c’est s’accorder avec les principes de l’énergie, principes exposés dans le nei jing su wen, texte exposant les pricipes de l'énergétique chinoise. 

          L’hiver est la saison la plus yin, le maximum du yin correspond au solstice d’hiver (aux alentours du 22 décembre), remarquez qu’à partir de cette date l’énergie va petit à petit se ranimer (les jours rallongent).

LA SAISON D’HIVER SELON LE NEI JING[1]

L’accord sur les influx saisonniers (chapitre 2)

 

Les trois mois de l’hiver

Sont une période où tout se referme et se cache :

L’eau gèle et la terre se fendille.

Alors, il ne faut surtout pas perturber le yang ;

On se couchera tôt, on se lèvera tard,

Attendant pour ce faire le lever du soleil.

La volonté sera jugulée, tenue prisonnière,

Et la pensée strictement introspective :

On ne s’intéressera qu’à soi-même.

Il faudra éviter le froid en recherchant la chaleur,

Sans aller cependant jusqu’à transpirer.

En hiver, on doit subir une privation d’énergie,

Et tout cela répond à son influx

Que le dao appelle Cang (cacher, mettre en réserve)

Ne pas en respecter le principe affecte shen (les reins)

Et au printemps, apparaitront des inhibitions sexuelles

Dont le moindre symptôme aura l’allure sheng  du printemps

 


[1] Canon de la médecine chinoise attribué à Huang Di (2697-2599) appelé aussi la « Bible des acupuncteurs »

LE NORD SELON LE NEI JING

 

Le nord a la couleur noire

Qui irrigue Chen (Shen reins)

Et ouvre les deux orifices inférieurs

Qui dépendent de Chen (Shen reins)

Ses maladies sont diverses

Sa saveur est salée

Son symbole est le porc

Sa graine le pois

Sa saison l’hiver

Sa planète Mercure

Des atteintes morbides visent les os

Son intervalle musical est la sixte

San nombre six

Son odeur pourrie

 (CHAPITRE 4 Su Wen)[1

 

[1] P48 Nei tching sou wen  Pardès

LES REINS ORGANE DE L’HIVER SELON LE NEI JING

 

Le point cardinal nord engendre le froid

Qui engendre l’élément eau

Qui engendre la saveur salée

Qui engendre Chen (Shen)

Qui engendre les os et leur moelle

Qui engendre Kan (Gan foie)

Chen commande l’oreille

Dans le ciel c’est le froid

Sur le sol c’est l’élément eau

Dans le corps c’est l’os

Son Tsang (organe) est Chen

Sa couleur noire

Son intervalle musical est la sixte

Son expression le gémissement

Qui se transforme en frayeur

Son orifice est l’oreille

Sa saveur salée

Son sentiment la crainte

Le froid nuit au sang

Mais la sécheresse domine le froid

La saveur salée nuit au sang

Mais le sucré domine le salé

(Chapitre 5 Su Wen)[1]

 

[1] P55-56 Nei Tching Sou Wen Pardès

L’ALIMENTATION DE L‘HIVER/CONSEILS DIETETIQUES EN ACCORD AVEC LE MOUVEMENT ENERGETIQUE DE LA SAISON[1]

 

Les saveurs

  • On doit durcir, utiliser l’amer qui durcit
  • Et l’acide qui resserre
  • diminuer le salé
  • utiliser le doux, il est partout, il harmonise

 

Généralités

  • On doit amener du yang (nature tiède et chaude, pas de froid)

 

Modes de préparation

Temps de cuisson réduit

  • Cuisson chaude, mijotée
 

[1] Sources : « La diététique chinoise » de Christophe Labigne, cours de Christophe Huchet (Yangsheng tao)

 

 

 

ET LA PRATIQUE DANS TOUT CELA ?

 

          L’hiver est la saison de la thésaurisation de l’énergie, du repos,  de l’élément eau, des reins,  des os, de la couleur sombre. L’accent est mis sur la conservation de l’énergie (pas de dépense énergétique) La pratique se déroule à l’intérieur (protéger les reins du froid)

    Exercices en rapport avec l'hiver :

  •     Méditation

  •                  Zhan zhuang gong (enracinement, pratique posturale)
  •     Relaxation

 

 

 

Les techniques d'enracinement du style Yangjia michuan taiji quan

 

 

 

MISE EN GARDE ; LE MIEUX EST L'ENNEMI DU BIEN !

 

Privilégier certains exercices au cours d’une saison ne doit pas pourtant être suivi de manière rigide et donc se limiter à ces seuls exercices, ce serait évidemment faire une erreur, d’autres exercices que ceux décrits plus haut (les exercices habituels comme les exercices de base, l'enchaînement du taiji quan, etc...) sont également utilisés pendant cette même période. De même qu’en  diététique chinoise, les textes avancent que la saveur de la saison nourrit l’organe et aussi que l’excès de cette même saveur peut nuire à l’organe. En pratique corporelle, c’est la même chose, ne pratiquer uniquement que des exercices associés à la saison n’aurait comme effet que de sur solliciter la fonction liée à la saison ; « le mieux est l’ennemi du bien » Prenons un exemple, se focaliser uniquement sur des exercices sollicitant le système musculaire liés à la saison du printemps (foie, muscles et tendons) pourrait être préjudiciable à la longue ; risque de tendinites.

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Yang Sheng

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article