CORPS SOUFFLE DAO ?

CORPS SOUFFLE DAO ; LA VOIE AU NATUREL

 

 

CORPS

 

      Si l’importance de l’exercice physique n’est plus à démontrer, il doit pourtant être bien conduit sans quoi tout effort serait vain. L’énergétique, la philosophie chinoise[1], les sciences physiques et humaines de la pensée occidentale proposent un ensemble d’outils aptes à répondre à la double exigence d’améliorer sa santé tout en respectant l’humain d’un point de vue corporel et psychique.

     

Chacune de ces deux cultures apporte un éclairage spécifique sur l’humain à travers leur propre représentation du corps,  de l’expression gestuelle, et du concept de la santé. Si nous soulignons ici l’importance de ces connaissances, rappelons que le travail s’appuie avant tout sur la conscience corporelle et les sensations, dans le rapport que le corps entretient avec l’espace et son environnement.

      En considérant que « le corps puisse avoir ses raisons »[2], nous ne chercherons pas à le « dresser » en lui imposant un moule strict et rigide, et donc inadapté, mais plutôt à lui permettre un retour à plus de naturel en accord avec la proposition de la pensée taoïste.

 

 

 

 

[1] Constituent à elles deux l’essentiel du soubassement sur lequel s’appuient les formes traditionnelles d’entretien du corps d’origine asiatique comme le  dao yin ( gymnastique traditionnelle chinoise ou qi gong), le shiatsu (massage japonais), ou bien encore le  an mo (massage chinois)

[2] Voir le livre de T.Bertherat sur ce sujet

SOUFFLE

 

 

      Le souffle nous accompagne dès notre naissance [1] dans toutes nos activités, si la conception occidentale n’y voit que des échanges gazeux nécessaires à la vie, certaines expressions semblent pourtant lui donner une autre importance, ne dit-on pas quelquefois « laissez-moi respirer » ou « de l’air ! » quand la situation devient difficile.

     

La respiration a ceci de particulier qu’elle interagit au niveau conscient et au niveau inconscient. Bien que l’être humain possède la particularité de pouvoir effectuer un travail respiratoire spécifique, pendant la plus grande partie de son activité, la gestion de la respiration est confiée à une composante de son cerveau ; le centre respiratoire, celui-ci adapte la mécanique respiratoire à ses besoins. Il procède à cette tache d’intendance à  tous les moments où le conscient ne se focalise pas sur la respiration.

      L’influence des techniques hygiénistes taoïstes amène le pratiquant à découvrir ou redécouvrir la respiration. La présence aux mouvements induits par les mouvements respiratoires entrainant expansion et rétraction au niveau des tissus amène à une autre conscience du corps, là ou les techniques de souffle sont bien plus que de simples exercices de ventilation, où elles exercent leur action sur l’ensemble du corps comme pour nourrir le corps de souffle. 

 

 

[1] La conception taoïste va plus loin en qualifiant la vie foetale de « respiration du ciel antérieur »

TAO

 

le Grand Commentaire (Xici) dans la formule magistrale

 

Un Yin Un Yang c’est  le Tao 

 

Yi Yin Yi Yang Zhi Wei dao

 

 

 

 

DAO 

 

Ricci 4767

  Route, voie, chemin, voie à suivre, principe, règle, droite raison, règle des actions humaines, doctrine, moyen, méthode, procédé, conduire, diriger, gouverner

 

Le Ricci propose aussi une définition philosophique du terme :

 « La réalité et le mouvement spontané de ce qui existe (la voie qui ne peut être appréhendée par l'esprit discursif, est manifeste dans le devenir naturel et s'impose à l'homme en le rendant à lui-même) »

C'est peu dire du « chemin » à parcourir pour un esprit cartésien afin d'approcher cet aspect philosophique.

 

Etymologiquement, le caractère se compose

   

 

marcher pas à pas

Wieger 112 E

 

Le caractère ancien représente trois pas

 

 

La tête ornée d'une chevelure

Wieger 160 A

 

     Selon Anne Cheng, chaque courant de pensée chinois possède son Dao, le monopole du concept n'appartient donc pas au courant taoïste. La voie pour les confucéens consiste à faire régner le Ren (caractère signifiant homme composé du caractère homme et de celui signifiant deux, l'homme devient humain que dans sa relation avec autrui) Les moïstes cherchent l'intérêt du plus grand monde tandis que les légistes veulent imposer la même loi à tous. Pour les taoïstes dont Lao Zi et Zhuang Zi, ils appellent à être à l'écoute du Dao en pratiquant le wu wei (le non agir) Le non agir c'est ce que Lao Zi appelle l'agir sans traces car celui qui sait marcher ne laisse pas de traces.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

Anatomie pour le mouvement tome 1 et 2   B. Calais-Germain

Comment se soignent les chinois aujourd'hui Dr J.Clouzet Dr M.Horwitz

Dao yin fa qi gong Jean-Luc Saby

Gymnastique quotidienne Dr J.E. Ruffier

Hara centre vital de l’homme K.G. Durkheim

La chronobiologie chinoise Crépon et Faubert

La conscience du corps M.Feldenkrais

La gymnastique holistique Dr Ehrenfried

La méthode Seitai P. Kuniaki Imoto

Lao Tseu  le taoïsme 

L'art de la respiration Dr O.Z. Ha'nish

L'art du Do In J.Rofidal

L'art et la voie du shiatsu familial B.Bouheret

La science du particulier Ecole de la respiration Itsuo Tsuda

L'attention source de plénitude V.~R. Dhiravansa

La technique Alexander C. De Chevilly

Le corps a ses raisons T.Bertherat

Le corps retrouvé par l'eutonie G.Alexander

Le pouvoir de l'intention Dr W.Dyer

Les cinq chemins du clair et de l’obscur J.M. Essaylet

Les philosophes taoïstes La Pléiade

Les secrets de la longévité L.Zhengcai

Méditation et santé G.Edde

Pour comprendre le yoga A. et M. de Sambucy J.J. Laubry

Quatre groupes sanguins quatre régimes Dr P.J. D'adamo

Soins et techniques du corps en Chine au Japon et en Inde P.Huard et  Ming Wong

Sri Aurobindo Satprem

Traité de biomécanique articulaire C.Jeanmougin

Voir C.Castaneda

Yangjia michuan taiji quan Wang Yen Nien

Yi King Wilhem

Yoga Iyengar B.K.S. Iyengar

Zen et exercices visualisés S.Masunaga

Zhan zhuang l'art de nourrir la vie Yu Yongnian

 

 

Rédigé par Thierry Lambert

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :