LE CŒUR DANS LA PENSEE ASIATIQUE

Publié le 4 Avril 2020

LE CŒUR DANS LA PENSEE ASIATIQUE

 

 

Kohoro ou Shin (en japonais) Xin (en chinois): Ricci 1990

  • Cœur (l’un des cinq viscères et leur souverain souvent considéré comme la demeure de l’esprit et le siège de la pensée correspondant dans certains systèmes des Cinq viscères au Centre et à la Terre, dans d’autres au Sud et au Feu)

  • Le for intérieur ; l’intime

  • Le cœur considéré comme siège de la pensée ; intelligence, esprit, réflexion, advertance, attention, pensée, idée.

  • Considéré comme siège de la vie affective et morale ; cœur, âme, disposition intérieure, inclinaison, sentiment, humeur, volonté, propos délibéré, résolution, courage, intention, visées, ambitions, nature, conscience morale.

 

Le cœur ; le souverain

 

          Le cœur est considéré comme l’organe le plus éminent, sa « bonne santé » influe sur celle des autres organes. Si le cœur se met en panne, s’il n’y a plus de joie, ceci peut entraîner l’effondrement des autres organes par cette rupture d’équilibre. Un certain nombre de cycles régissent les rapports entre les cinq organes, parmi ceux-ci nous trouvons celui des fonctions ; la fonction de chaque organe change suivant sa position par rapport à l’organe dont la fonction est l’empereur.  Si le cœur occupe la fonction de l’empereur, les autres organes occupent une position ou plutôt jouent un rôle par rapport à celui-ci. Si chaque organe assume le rôle défini par sa fonction, les relations restent harmonieuses.

  • Le rôle de l’empereur est d’être fort

  • Le rôle du fils est d’être énergique

  • Le rôle de l’ennemi est d’exister[1]

  • Le rôle du conseiller est d’être faible

  • Le rôle de la mère est d’être inactive

 

          Le cœur occupe la fonction d’empereur pendant la saison de l’été. Le diagramme ci-dessous montre les rapports entre les organes pendant cette  saison.        

 

 


[1] Si feu est faible et l’eau est forte, il y a déséquilibre, l’ennemi doit s’opposer mais non pas se retourner vers l’empereur, si c’est le cas il s’agit du cycle Wu de rébellion ou d’outrage

_________________________

LES 5 FONCTIONS

 

 

          Ce jeu des fonctions se conjugue en raison de la saison en cours, s’il s’agissait de la saison de l’hiver les organes occuperaient les fonctions suivantes :

  • l’empereur serait l’eau ; les reins
  • le fils serait le bois ; le foie
  • l’ennemi serait le feu ; le cœur
  • le conseiller la terre ; la rate
  • la mère serait le métal ; les poumons

 

          De cette représentation ; empereur, fils, ennemi, conseiller, mère découle d’autres cycles tels que le cycle Sheng, le cycle Ke, et  le cycle Wu. Voici deux exemples de lois énergétiques qui participent à « l’entretien mutuel » des organes ;

le cycle d’engendrement  (Sheng

 

 

 

le cycle de domination  (Ke) 

 

          Le cycle d’engendrement (Sheng)  se définit comme la loi mère-fils où chaque organe s’engendre l’un l’autre. Le cycle de domination (Ke) se définit comme la loi grand-père/petit-fils où le grand-père contrôle ou domine le petit-fils. Nous retrouvons trois rôles tenus par les organes dans le cycle des fonctions vu précédemment ; mère, fils et conseiller ou grand-père. Un troisième cycle appelé cycle Wu 

met en œuvre l’ennemi, celui-ci se révolte contre celui qui le contrôle, nous trouvons ces manifestations en cas de pathologie.

 

 

          Même pendant les saisons pendant lesquelles il n’occupe pas la position de l’empereur, le cœur possède pourtant une ascendance sur les autres organes, le Su Wen présente le cœur comme un empereur et les autres organes comme ses subordonnés.

 

______________

Sin[1]

A la fonction du seigneur

Doué d’un esprit clair

Su Wen chapitre 8

______________

 

________________________

Quand le maître est lucide[2]

Les subordonnés sont en paix

Et, de leur entretien mutuel,

Résulte la longévité,

La race humaine, alors ne risque pas de disparaître,

Et l’abondance règne

Su Wen chapitre 8

___________________________

 

          Si le cœur possède un « esprit clair » c’est parce qu’il est vide. Voyons comment la pensée en énergétique se répartit entre deux entités, le Shen en relation avec le cœur, le Yi avec la rate.

 

Le Yi et le Shen

 

          Deux idéogrammes chinois expriment l’idée de pensée, Yi et Shen. Le premier est l’entité psychique de la rate, le deuxième celui du cœur. Le Yi nous l’avons déjà abordé en début de cette étude, nous l’avons nommé la « voix du cœur ». Catherine Despeux  a adopté le terme ; pensée créatrice. Soulié de Morant y voit la concentration de l’esprit, la faculté de comprendre et enfin Martine Espouy voit le Yi comme une pensée informelle, et d’un autre côté le cœur comme le passage des esprits, il est vide, il ne retient rien. Il est conscience immédiate sans mémoire.[3]

 

 

« Shen représente l’intelligence du cœur, la compréhension profonde des choses, le discernement ».[4]

 

Shen 

4317 (Ricci)

 les esprits (les uns d’origine céleste, les autres étant des êtres humains divinisés ou canonisés) dieux, divinités, génies, principe vital supérieur, quintessence de l’énergie vitale supérieure, âme supérieure, esprit, vitalité, entrain, énergie, allant, prodigieux, merveilleux, surnaturel, miraculeux.

Le caractère Shen 

se compose de :

Shi  

influences venant d’en haut, signes de bon ou de mauvais  augure. Par exemple le ciel instruit les hommes ; les deux lignes horizontales figurent le ciel, les trois lignes verticales expriment ce qui pend du ciel ; le soleil, la lune, les étoiles dont les mutations révèlent aux hommes les choses transcendantes (Wieger 3)

Et de Shen 

le caractère ancien exprimait l’idée de l’expansion alternante des forces naturelles (Wieger 50 C)

 

 

[1] Xin en pinyin p68 Nei Tching Sou Wen Pardès le nei  jing su wen ou classique de l’interne contient les fondements de l’énergétique chinoise, il est considéré comme le bible de l’acupuncteur.

[2] p69 Nei Tching Sou Wen Pardès

[3] Voir Prodigieuses victoires de la psychologie chinoise Daniel Laurent p 120/121

[4] P26 Shiatsu 2  P. Jasinski  Artec

_________________________

          Le Shen provient du Ciel, il appartient au domaine des esprits, il anime. Le Shen est le principe organisationnel, il s’éclate en 5 Shen chacun étant la racine d’un organe.[1]

 

 

Le Shen du Ciel se divise en 5 Shen

 

          Nous avons pu observer l’importance du cœur dans la relation qui s’établira entre le praticien et le receveur du shiatsu, il est une partie de la personne qui résonne avec le cœur de l’univers, le silence et le vide permet l’apparition d’une voie de guérison ou de mieux-être, celle-ci ne se montre que dans le recueillement, loin de nos bruits intérieurs.

 

 

[1] Shiatsu 2  P. Jasinski  Artec

 

 

___________________________________

Extrait de Posture et Shiatsu mémoire ARTEC Thierry Lambert

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Lexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article