YI JIN JING ; le tigre affamé se jette sur sa proie

Publié le 5 Février 2017

Animal symbolique occupant la partie occidentale du Ciel composé de sept étoiles, le tigre blanc est associé à la saison de l’automne et par extension aux poumons et au gros intestin. Paradoxalement il est également relié à l’est, au bois, à la couleur bleu/vert et par extension à la fonction musculaire sous l’éclairage des cinq éléments de l’énergétique chinoise. Au ciel en liaison avec les saisons il occupe le secteur ouest, plus bas sur la terre en liaison avec les cinq éléments, il fait face à l’est. Nous trouvons donc le tigre associé à la fonction respiratoire et à la fonction musculaire, dans l’exercice qui nous occupe, ces deux fonctions sont sollicitées, d’un part par la mouvement (fonction musculaire) et d’autre part par l’expression sonore imitant le feulement d’un tigre.

L’exercice[1] consiste à projeter d’un bloc le corps de l’arrière vers l’avant tout en griffant avec les bras, le geste s’accompagnant de l’expression sonore imitant un félin allant du miaulement au feulement suivant les exécutants. Cette mobilisation intense du corps associée à un mouvement puissant des membres supérieurs se prolonge dans une posture large et basse ; gong bu ou pas de l’arc. Plusieurs répétitions de cet exercice suffisent à provoquer une légère sudation.

Cet exercice se situe à la frontière de la méthode des six sons et du jeu des cinq animaux du Dr Hua Tuo, c’est en effet bien un jeu au vu des sourires et rires provoqués par cette pratique.

[1] Voir Yi jin jing Professeur Zhang Guangde IIDYYSG

Rédigé par Thierry Lambert

Publié dans #Yi jin jing

Repost 0
Commenter cet article